La notaire Katrin Roggeman devient la nouvelle présidente de la Fédération du Notariat: « Poursuivre la digitalisation en accordant de l’attention à l’aspect humain du notaire »

Crédit: Bart Azare

Dès aujourd’hui, la notaire Katrin Roggeman reprend le flambeau de son collègue Philippe Bosseler à la tête de la Fédération du notariat (Fednot). Durant son mandat de trois ans, elle entend poursuivre le processus de modernisation de la profession dont son prédécesseur était le fer de lance. Avec une attention particulière pour les besoins des clients et la complexité croissante à laquelle les notaires et leurs collaborateurs sont confrontés.

Fednot soutient les 1.128 études notariales belges, entre autres, en matière d’avis juridiques, de gestion des études, de solutions informatiques, de formations et d’information vers le grand public. Le notariat étant en pleine évolution, Fednot doit également adapter constamment ses services.

« Ce sera l’un des points d’attention les plus importants », explique la notaire Katrin Roggeman. Elle poursuit : « On entend parfois dire que le notariat n’est pas ouvert à la modernisation. C’est tout le contraire ! Ces dernières années, notre profession a connu une véritable transformation qui se poursuivra encore longtemps. Le contenu de notre profession est en constante évolution et la société et les réglementations sont de plus en plus complexes. En investissant massivement dans un personnel hautement qualifié et dans la digitalisation, les études notariales sont capables de continuer à gérer cette complexité croissante ».

Beaucoup d’attention pour la digitalisation mais le client reste central

Fednot travaille sur la digitalisation depuis le début des années 2000 : il s’agit aussi bien de projets destinés aux études notariales, que de projets menés avec les autorités comme eRegistration (l’enregistrement électronique des actes auprès du SPF Finances), mais aussi de collaborations avec d’autres professions comme le registre des titres électroniques eStox développé avec les experts-comptables et les conseillers fiscaux.

En 2018, le grand public a pu aussi découvrir la vente en ligne de biens immobiliers via Biddit. Fin 2020, Fednot a aussi  lancé le coffre-fort numérique Izimi. « Izimi est l’une des nombreuses initiatives innovantes prises par Philippe Bosseler au cours de sa présidence. Avec notre CEO Jan Sap, Philippe nous a également guidés pendant la crise du coronavirus. Grâce à nos investissements dans la digitalisation, je pense ici aux vidéoconférences et aux procurations numériques, les études notariales ont pu continuer à aider leurs clients même à distance », explique la nouvelle présidente de Fednot. Si Katrin Roggeman compte bien poursuivre la transformation numérique, elle plaide également pour une transformation des relations humaines avec les clients des études notariales.

TEA-Time ! « Trust », empathie et analyse

Pour arriver à cet objectif, Katrin Roggeman préconise le TEA-Time ! De quoi mettre en avant trois choses importantes dans la relation avec le client : « trust », empathie et analyse. Elle détaille : « La confiance est essentielle. Les experts de la nouvelle économie appellent même la confiance la nouvelle monnaie. Dans notre cas, les gens veulent une sécurité juridique, pas de réclamations ou de mauvaises surprises après coup. Tout doit être parfait, et pour cela, ils peuvent compter sur l’expertise et la fiabilité de leurs notaires ».

Plus le notariat se digitalise, plus grand est aussi le besoin de contacts humains et d’empathie. « Qu’est-ce qui nous a le plus manqué durant la crise du coronavirus ? Les contacts sociaux ! », répond  directement Katrin Roggeman. « Ceux-ci sont très importants dans notre métier. Nos clients viennent nous voir à des moments clés de leur vie : la signature d’un contrat de mariage, l’achat d’une maison, un divorce, un décès,… Ce sont des moments où les émotions dépassent souvent ce qui est couché sur papier. Les interactions avec les clients vont devenir de plus en plus digitales, mais dans le même temps, le besoin d’une conversation personnelle et de conseils sur mesure restera toujours aussi important ».

Le A fait référence à l’analyse, domaine dans lequel les notaires et leurs collaborateurs doivent toujours davantage exceller. « La complexité ne fait qu’augmenter : des familles recomposées, des nouvelles formes d’habitat et de construction comme le co-housing ou le house sharing,… Le besoin d’analyse approfondie – surtout d’un point de vue juridique – est immense. Heureusement, les notaires peuvent faire le lien entre les différentes branches du droit. Analyser et résumer tous les éléments pour offrir au client une solution globale deviendra encore plus important à l’avenir », résume Katrin Roggeman.

Qui est Katrin Roggeman ?

Katrin Roggeman (née en 1969) est notaire au sein de l’étude notariale Van Halteren depuis 2004. Elle a occupé diverses fonctions au sein du notariat, notamment à la Chambre provinciale de Bruxelles et aux commissions de nomination pour le notariat. En juin 2018, la notaire Katrin Roggeman est devenue vice-présidente du conseil d’administration de Fednot.